Sylvain Tousseul

Né en 1976, Sylvain Tousseul est Chargé de cours en Epistémologie & Psychopathologie clinique à l'Université de Paris 7 Denis-Diderot, Chargé de cours en Philosophie à l'École Supérieure de Commerce (E. S. C.) de Rouen, et Psychologue clinicien en Hôpital de jour à Paris.

[b]Diplômé de l'Université Paris 10 en Philosophie:[/b]
-Premier cycle
-Deuxième cycle
-Troisième cycle

[b]Diplômé de l'Université Paris 7 en Psychologie & psychopathologie clinique:[/b]
-Premier cycle
-Deuxième cycle
-Troisième cycle

Docteur en Philosophie & Epistémologie
En doctorat de médecine scientifique et psychopathologie clinique sous la direction du Pr. Christian Hoffmann.

[b]Publications:[/b]

[1] Tousseul S. (2005), « L’illusion de la pensée-machine, ou
Comment les sciences sont-elles possibles? »
In [i]Homo ex machina[/i]. Collectif de F. Laruelle.
Edition: l’Harmattan.

[2] Tousseul S. (2005), « L’origine du sens ».
In [i]Revue d’Intelligence Artificielle[/i], vol. 19, n°1-2.
Edition: Hermès sciences/Lavoisier/C. N. R. S.

[3] Tousseul S. (2006), « Les limites de l’expérience comme principes fondamentaux de la science.
In [i]Les cahiers de l’Ecole[/i], 6.
http://www.cahiers-ed.org/ftp/cahiers6/C6_tousseul.pdf

[4] Tousseul S. (2007), « L’unité des sciences entre logiques, intuitions et idéologies ».
In L[i]es cahiers de l’Ecole[/i], 8.
http://www.cahiers-ed.org/ftp/cahiers8/C8_tousseul.pdf

[5] Tousseul S. (2008), «Identité individuelle et identité culturelle : deux illusions nécessaires».
In A[i]ctes du XXXIe Congrès ASPLF[/i].
Edition Vrin.

[6] Tousseul S. (2008), « La pensée est-elle naturelle ? »
In [i]Les cahiers de l’Ecole[/i], 10.
http://www.cahiers-ed.org/ftp/cahiers10/C10_S_Tousseul.pdf

[7] Tousseul S. (2010), « La pensée est-elle universelle ? »
In [i]Actes du XXXIIe Congrès ASPLF[/i].
Edition Vrin (A paraître).

[8] Tousseul S. (2009), « L’affect et la raison ».
In R[i]echerches en psychanalyse[/i], 7.
http://recherchespsychanalyse.revues.org/index233.html
Edition L'esprit du temps.

[9] Tousseul S. (2010), « L’affect et la réflexion ».
(En soumission).

[b]Recherches en Philosophie/Epistémologie:[/b]

Il s'agit de montrer que la légitimité d'une pensée se fonde sur des conditions spatiotemporelles qui sont propres à l'expérience de son auteur, ce qui implique que sa légitimité est toujours singulière. En revanche, lorsqu'une pensée est illégitime, elle se fonde sur des conditions spatiotemporelles qui sont empiriquement impossibles, quel que soit son auteur, ce qui implique que son illégitimité est toujours universelle. En effet, pour être pertinent, il est nécessaire d'écarter certaines impossibilités, ce qui revient à respecter des principes fondamentaux en suivant les logiques qui en sont issues. Mais dans la mesure où nous ne sommes pas conscients de ces impossibilités, cela signifie que nous suivons inconsciemment leur logique, de la même manière que les pulsions que nous ne pouvons pas réaliser suivent des destins dont nous ne sommes pas conscients. En réalité les deux sont liés, car le fait de ne pas pouvoir réaliser une pulsion entraîne une dynamique affective dont le mouvement constitue une logique. Et d'autre part, c'est précisément parce qu'on ne peut pas réaliser une expérience qu'on la désire d'autant plus, si bien que chaque impossibilité incarne un idéal. En montrant ainsi comment l'expérience conditionne notre façon de penser, notre travail constitue les fondements d'une nouvelle philosophie critique : l'immanental.

[b]Membres de[/b]

O. N. Ph. I. (Organisation Non-Philosophique Internationale).
S. F. P. (Société Française de Psychologie).
L’A. R. Co. (Association de Recherche en sciences Cognitives).
A. S. P. L. F. (Association des Sociétés de Philosophie de Langue Française).
S. P. S. (Société de Philosophie des Sciences).
Amis de Cerisy-la-salle (Centre culturel international).