De la psychanalyse à la non-philosophie

Didier Moulinier, De la psychanalyse à la non-philosophie. Lacan et Laruelle, Paris, Kimé, « Bibliothèque de non-philosophie », 1998.

On esquisse dans ce livre une théorie et une pragmatique non-psychanalytiques de la psychanalyse. Non pas une étude comparée des théories de Lacan et de Laruelle, mais plutôt une « dualyse » de Lacan et de ses interprétations (philosophiques, puis intra-analytiques) selon un point de vue laruellien (non-psychanalytique et non-philosophique). L'analyse s'est auto-constituée, avec Freud et Lacan, autour d'un manque fondamental nommé tantot désir inconscient, jouissance interdite, inexistence du rapport sexuel, ou encore réel impossible. Il est temps de partir d'une forclusion autrement plus radicale que le pas-tout lacanien : un « non » qui affecte désormais la psychanalyse autant qu la philosophie et les prive de toute prétention à l'egard du Réel. Par la suspension des fondements mêmes de la psychanalyse (en particulier ses thèses sur le réel et la jouissance) et dans le cadre d'une mise à plat globale de la « suffisance » philosophique, on ne veut paradoxalement que généraliser et relayer positivement la psychanalyse lacanienne en l'extrayant, autant que possible, du discours philosophique. La non-philosophie en train de naître a besoin de la non-psychanalyse, donc de la psychanalyse comme matériau, incluant le corpus lacanien et sa glose dont on fait ici une sorte de « théorie unifiée », exhibée comme théorie du sujet (et) de la jouissance.

Cet ouvrage est la première partie d'une recherche achevée sur « Psychanalyse et non-psychanalyse ». L'auteur, docteur de l'Université Paris X-Nanterre, est professeur de philosophie. Il publiera prochainement un Dictionnaire de la jouissance et une Erotique de l'amitié.